Zika, chikungunya, dengue : la solution Aglostic

 

A l’échelle de la planète, un être humain sur deux est potentiellement exposé aux moustiques porteurs de virus. La dengue est loin d’être enrayée, le chikungunya ne fait toujours pas l’objet d’un traitement radical commercialisé, pas plus qu’il n’existe actuellement de vaccin contre le zika, désormais présent dans 21 pays en Amérique latine et 6 en Europe (Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, Portugal, Danemark et Suisse). L’OMS a d’ailleurs déclaré le zika comme une urgence de portée mondiale.

Autant de menaces sur la santé humaine qui renforcent la nécessité de mettre en œuvre, très rapidement, des mesures préventives. Face à la propagation, il est devenu capital pour les pays concernés de lutter contre les risques de transmission des virus. Avec l’accompagnement et l’expertise d’Aliapur, filière de recyclage des pneus usagés, la société Aedes a imaginé une solution efficace et écologique qui limite la prolifération des moustiques. Cette innovation, appelée « Aglostic », consiste à empêcher l’installation de gites larvaires autour des maisons, en particulier dans les gouttières, en utilisant le caoutchouc issu des pneumatiques usagés pour filtrer les eaux stagnantes. 

aliapur  

Qu’ils soient porteurs du chikungunya, de la dengue ou du zika, les moustiques sont des insectes casaniers : leur champ d’action excède rarement un rayon de 25 mètres autour de leur gite larvaire d’origine. Un moustique qui vous pique est donc souvent né chez vous, dans des eaux stagnantes. Plus les eaux stagnantes sont inaccessibles, plus ces foyers larvaires ont tout loisir de se multiplier et de s’étendre.

Installés en Nouvelle-Calédonie Christophe Put et Thierry Suviri ont créé la société Aedes, spécialisée dans la désinsectisation. Au-delà des moyens habituels de lutte contre les moustiques (gels, aérosols, pièges volants, etc), ils ont eu l’idée d’empêcher l’installation des gites larvaires : autant prendre le problème à la base.

photo:Christophe Suviri,Fanélie Boucharlat et Thierry Suviri

equipe aerdes

En 2012, ils ont donc imaginé un dispositif à installer dans les gouttières, à mi-chemin entre le filtre et le bouchon, à la fois suffisamment poreux pour laisser passer les eaux de pluie et suffisamment dense pour éviter aux moustiques de passer, donc de pondre. Naturellement, il fallait pour cela un matériau imputrescible, sans risque pour la santé ni pour l’environnement et capable de s’agglomérer aisément. Instinctivement, les deux associés se sont tournés vers les granulats de caoutchouc de pneumatique et ont fabriqué un prototype, baptisé « Aglostic ». Si ce prototype était techniquement concluant, il restait plusieurs interrogations quant à son degré d’efficacité.

L'expertise d'Aliapur en R&D pour transformer ce prototype prometteur en un produit fini commercialisable à l’efficacité prouvée.

Pour répondre à ces questions, Aedes s’est tourné vers Aliapur, filière de recyclage et valorisation des pneumatiques usagés, qui a été séduit par l’originalité de la démarche et le caractère innovant du produit.

« En 2014, nous avons demandé au Centre de Transfert Technologique du Mans (CTTM), avec lequel nous travaillons régulièrement, de faire une étude approfondie sur ce dispositif, explique Jean-Philippe Faure, Directeur R&D d’Aliapur : la taille de granulats à utiliser, le choix du liant, la résistance mécanique du dispositif, la vitesse d’infiltration et d’écoulement des eaux, la qualité du drainage, l’innocuité sanitaire et environnementale des eaux ainsi filtrées. Il fallait aussi vérifier que la composition de ce produit puisse laisser passer l’eau, mais fasse barrage aux œufs et aux larves de moustiques ». Financée par Aliapur, l’étude a duré près d’un an et a scientifiquement validé les choix techniques d’Aedes pour son dispositif à l’efficacité ainsi avérée.

Depuis, Aedes collectionne les récompenses et, soutenue par la BPI France, travaille activement au déploiement de l’Aglostic. Aliapur, pour sa part, a obtenu l’exclusivité de la licence d’exploitation du brevet pour la métropole et les Antilles en échange du financement d’une année d’études et de tests. Au-delà de l’aide à la lutte contre les moustiques porteurs de virus et du soutien à une jeune entreprise ingénieuse, l’Aglostic constitue aussi une nouvelle solution de valorisation matière. Aliapur recherche donc aujourd’hui des partenaires industriels prêts à exploiter ce brevet, en particulier dans les secteurs du bâtiment et de la lutte contre les nuisibles, de même que des fabricants et des poseurs.

Voir la vidéo de présentation d'Aglostic


Société anonyme exécutant une mission d’utilité publique définie dans le Code de l’Environnement, Aliapur est la filière leader de valorisation des pneus usagés. Ses actionnaires fondateurs sont Bridgestone, Continental, Dunlop Goodyear, Kléber, Michelin et Pirelli, qui sont également ses premiers clients.
Depuis 2004, Aliapur est en charge de la collecte et de la valorisation de 75% des pneus usagés laissés chaque année par les consommateurs dans les garages et les centres auto, soit l’équivalent annuel de 40 millions de pneus de voiture. Aliapur assure la collecte auprès des détenteurs et distributeurs, le regroupement, le tri, ainsi que la valorisation matière et énergétique. La société exécute cette mission dans la limite des tonnages mis sur le marché par ses clients l’année précédente.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut