Lettre d'informations CM98 avril 2021

HONORER
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Témoignage
 
 
 
 
 
 
L'appel aux familles
 
 
PROCHAINEMENT LE PROGRAMME DU TAN LANMÉKANNFÈNÈG
 
 
 
Vidéo
 
COMPRENDRE
 
 
 
 
LES TRAITES NÉGRIÈRES DANS LES MASCAREIGNES
 
L'Université Populaire du CM98, en collaboration avec l'APECE, vous propose une conférence, animée par Bruno Maillard, Docteur en Histoire , Chercheur associé au Laboratoire CRESOI de l'Université de La Réunion, Chargé d'enseignement vacataire à l'Université de Paris Est Créteil ; Membre du conseil scientifique de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage.
L’historiographie estime aujourd’hui à 360 000 le nombre de personnes déportées légalement et illégalement dans les iles Mascareignes (Maurice, La Réunion et Rodrigues) entre la fin du 17e siècle et le milieu du 19e siècle. Etendues à tout le pourtour de l’océan Indien, espace distinct à bien des égards de celui de l’Atlantique, ces traites négrières reposent d’abord sur des modes spécifiques de capture et de transports des populations africaines, malgaches, indiennes et malaises. Dans un premier temps (1764-1767), elles s’appuient en outre sur des relations commerciales singulières entretenues par les élites autochtones d'une part et les agents de la Compagnie des Indes Orientale ou des négriers "interlopes" d'autre part, non sans avoir été révisées au fil du temps selon le poids économique et militaire des uns et des autres.
Nous vous attendons nombreux : semadi 10 avril 2021 à 15 heures.
 
Inscription
 
 
 
 
HISTOIRE DE L'HABITATION DESBASSAYNS  (1770-1846)
 
L’histoire de l’habitation « Desbassayns » sur 80 années éclaire l’ascension d’une famille qui de colons aisés déjà ouverts sur le monde, sont devenus de très grands propriétaires menant grand train (les plus riches planteurs de Bourbon entre 1780 et 1820), dont l’assise patrimoniale a facilité la réussite de la génération suivante, dont la puissance financière, le prestige, les réseaux ont influencé les débats et la trajectoire de Bourbon vers un conservatisme politique et social.
 
Pour en savoir plus
 
 
ACTUALITÉS
 
 
 
 
 
MÉMORIAL DES VICTIMES DE L’ESCLAVAGE : L’APPEL A CANDIDATURES ANNULÉ
 
Des associations contestaient le choix des artistes présélectionnés, estimant que leurs projets ne tenaient pas assez compte de l’inscription des 200 000 noms d’esclaves affranchis. L’issue était prévisible : l’appel à candidatures lancé en juin 2020 pour la création d’un mémorial national de l’esclavage au jardin des Tuileries, à Paris, a été officiellement annulé, lundi 8 mars. « Ce projet doit être fédérateur, mais des blocages ne permettent pas d’obtenir un consensus, explique-t-on à l’Elysée. Les associations ne se retrouvent pas dans la procédure, il ne faut pas forcer mais remettre les choses à plat. »
 
Pour en savoir plus
 
 
REVUE DE PRESSE DU  CM98
 
 
 
 
 
 
Pour en savoir plus
 
 
LE POÈME DU MOIS
 
 
 
 
Phillis Wheatley (1753-1784), Extrait du poème
"Au très honorable comte de Darmouth,
principal secrétaire d'État de sa majesté pour l'Amérique du Nord"
"Si vous deviez, Monseigneur, en lisant mes vers,
Vous demander d’où me vient mon amour de la liberté,
D’où naquirent ces vœux pour le bien commun
Que seuls comprennent bien les cœurs chaleureux ;
Sachez que, toute jeune, un destin qui semble cruel,
M’arracha à la terre, heureuse, dit-on, d’Afrique ;
Quelle douleur atroce et quels tourments affreux,
Déchirent-ils encore l’âme de mon père ?
C’est un cœur de pierre, ignorant la pitié,
Qui ravie à un père son enfant bien aimée.
Voilà quel est mon cas. Comment, alors, ne prierais-je pas
Pour que d'autres jamais ne souffrent des tyrans…"
 
 
NOS PODCASTS
 
 
 
 
MARIE-JOSÈPHE CRESSON ÉCRIVAINE DESCENDANTE  DE LA FICTION A LA RÉALITÉ
 
 
 
 
LES TRAITES NÉGRIÈRES           
DANS LES MASCAREIGNES 18e & 19e SIECLES
 
 
 
 
RETROUVER
 
 
 
 
LA NOMINATION DES ESCLAVES EN 1848 
 
L’équipe de l’atelier de généalogie et d’histoires des familles antillaises propose un échange autour des noms que la majorité d’entre nous portons aujourd’hui.
Comme tous les êtres sur terre nous portons un nom. Ce nom est en lien avec notre histoire. Le travail de l’atelier a été dans un premier temps de « dévoiler l’existence de milliers de femmes et d’hommes dont le souvenir s’est effacé de nos mémoires » : car comment s’affilier à eux lorsque l’on ne les connait pas ? Nous avons tout mis en œuvre pour les retrouver. Grace à ce travail les esclaves ne sont plus une masse informe mais des individus face à leurs descendants. C’est forts de cette expérience et de nos lectures que nous vous proposons de revenir en détail sur cette nomination si longtemps ignorée.
 
Inscription
 
 
 
 
L'ATELIER DE GÉNÉALOGIE ET D'HISTOIRES DES FAMILLES ANTILLAISES POURSUIT SES ACTIVITÉS PENDANT LE CONFINEMENT 
 
Pour retrouver le nom de votre ancêtre esclave qui sera inscrit sur le mémorial des victimes de l'esclavage colonial ou pour commencer ou poursuivre votre histoire, l'équipe vous accompagne à distance sur rendez-vous (par vidéo, whapsapp, téléphone et par émail). Pour les contacter, merci d'envoyer un émail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Pour en savoir plus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Siège social du CM98 :
3, Villa Dury-Vasselon, 75020 Paris
Tél : 01 43 64 67 75
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut