La Nouvelle-Calédonie accueille RACE FOR WATER (février-mars 2019)

Le Président du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Monsieur Philippe Germain,
est venu saluer l'équipage de Race for Water - mardi 19 février

 
Créer en 2010, la Fondation suisse Race for Water lutte contre la pollution plastique des océans. Sa devise : agir sur le terrain en apportant des solutions technologiques durables. Au travers de son Odyssée 2017-2021, le navire ambassadeur sillonne les mers du globe afin d’étudier les impacts des plastiques sur l’environnement marin, d’alerter le plus grand nombre sur ce fléau et de proposer des solutions pour le combattre. Un programme complet déployé à chaque escale pour aider les villes côtières et les différentes îles visitées à agir localement contre ce problème mondial.
 
Le navire ambassadeur de la Fondation Race for Water est unique au monde ; propulsé seulement par des énergies renouvelables grâce à ses  panneaux solaires, son kite de traction et sa chaine de production et stockage d’hydrogène. Réel démonstrateur de la transition énergétique lorsqu’il navigue, le navire se transforme en un magnifique lieu d’accueil et d’échanges une fois à quai.
 
Parti le 9 avril 2017 de Lorient pour un tour du monde de 5 ans, le navire Race for Water poursuit sa remontée de l’Océan Pacifique et entame sa 15ème escale de deux mois en Nouvelle-Calédonie, où il restera jusqu’au 26 mars, amarré à Port-Moselle, au cœur de la ville de Nouméa.
 
Ce 19 février, ont été accueillis à bord les autorités locales et nos partenaires d’escale. Tous ont souligné l'importance d’une collaboration pour s'attaquer au problème complexe et croissant des déchets et de la pollution plastique sur le territoire.
 
Science, éducation et échanges sur des solutions innovantes de gestion des déchets plastiques sont au programme en Nouvelle Calédonie :
  • Une mission scientifique s’est déroulée en baie de Prony du 6 au 15 février sous la direction de l’IRD. Quatre scientifiques - Dr Fanny Houlbreque (cheffe de mission), Dr Ricardo Rodolfo Metalpa, Dr Leila Meistertzheim et Valentine Meunier - ont embarqué à bord de Race for Water pour mener à bien leur mission AMICi qui vise à analyser l’impact des métaux et des microplastiques sur la santé des coraux.
     
  • De nombreuses classes vont se succéder à bord tout au long de l’escale avec l’accueil de plus de 450 jeunes calédoniens. Des conférences ouvertes au public se tiendront dans l’amphithéâtre de la Province Sud (20 février, Conférence C’Nature) et à l’Aquarium des Lagons (22 février) . Une conférence privée aura également lieu au Cercle Nautique Calédonien. De plus, un village EEC Engie sera installé à Port Moselle, les 23 et 24 mars avec de nombreuses animations prévues et la possibilité pour les plus chanceux de gagner des visites du navire Race for Water.
     
  • Plusieurs réunions, dont une table ronde le 21 février, sont prévus à bord avec plusieurs institutions publiques, des chefs d'entreprise et des ONG pour parler solutions et présenter la Biogreen : une technologie innovante de valorisation énergétique des déchets plastiques développée par Race for Water avec la société française d'ingénierie ETIA. Un atelier dédié aux innovations technologiques de production et de stockage d’énergie est également prévu le 22 février en collaboration avec l’Agence Calédonienne de l’énergie et le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

Jean-François Laforest, président Directeur Général EEC Engie :
« En février et mars 2019, une expédition scientifique et environnementale, la Race for Water Odyssée fait escale en Nouvelle-Calédonie. Très actif dans le domaine de la révolution énergétique, EEC souhaite soutenir Race for Water dans son action de sensibilisation et l’accompagner dans ses recherches au service de l’étude et de la préservation des océans pour un monde plus durable. EEC est fière de se lancer dans cette grande aventure et de soutenir et tester des solutions innovantes qui visent à produire une énergie de plus en plus décentralisée et décarbonée, à partir de filières d’avenir que représentent le solaire, l’hydrogène et le stockage de l’énergie, solutions mises en œuvre sur le Race For Water Odyssée. Les initiatives économiques, environnementales et sociales seront partagées avec les scientifiques, les jeunes générations et le grand public, ce qui tenait à cœur de EEC. »Nina Julié, élue à la PROVINCE SUD en charge de l’environnement et Présidente de l’Agence Calédonienne de l’Énergie :
« Je suis engagée depuis de nombreuses années dans la lutte contre la pollution liée aux plastiques. La Nouvelle-Calédonie possède un environnement extraordinaire, source de richesse exceptionnelle. Réduire le déchet plastique est donc une priorité pour la Province Sud. Race for Water propose une solution concrète pour transformer les déchets plastiques en énergie, dont la mise en œuvre en Nouvelle-Calédonie mérite d’être discutée. Je pense que l’expédition Race for Water est une opportunité d’alimenter nos réflexions et de surcroit, de sensibiliser les calédoniens et notamment les plus jeunes à l’impact néfaste du plastique. L’Agence Calédonienne de l’Énergie a été créée pour promouvoir, entre autres, les énergies renouvelables, mais également l’innovation, nécessaire à la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie. Il y a urgence à réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Celle-ci n’est plus soutenable pour notre environnement et notre économie. Si nous souhaitons développer notre souveraineté énergétique, nous devons être attentifs à toutes les solutions technologiques innovantes. »Dr. Claude Payri, Directrice de recherche et de l’UMR ENTROPIE à l’IRD Nouvelle-Calédonie :
« L’escale du navire Race for Water en Nouvelle-Calédonie, offre à notre équipe ENTROPIE une belle occasion pour initier dans cette région l’étude de l’impact des microplastiques sur la physiologie des coraux constructeurs de récifs. Au moment où diverses initiatives fleurissent pour lutter contre ce fléau, les chercheurs de l’IRD se réjouissent de pouvoir y contribuer en limitant grâce à ce navire, les impacts environnementaux et en préservant la quiétude de cette magnifique baie du Prony. »Camille Rollin, chargée de projet ACT à la Fondation Race for Water :
« Nous sommes ici pour parler de l’importance de l’océan et de la façon dont la Nouvelle-Calédonie est touchée et peut agir contre la pollution plastique.
Le simple geste d’abandonner des déchets plastiques dans la rue ou sur une plage peut entraîner la création de micro-plastiques qui vont contaminer notre chaîne alimentaire, l'eau et même l'air que nous respirons. Nous sommes ici pour montrer que des solutions existent et que nous devons agir ensemble à tous les niveaux pour empêcher les plastiques d’atteindre les océans.
Chacun peut agir à son niveau avec des principes simple comme les « 5R » : Refuser et Réduire l'inutile afin de limiter la génération de déchets. Réutiliser et Réparer au maximum pour prolonger la vie du produit. Recycler et donc trier afin de donner une seconde vie aux produits du quotidien
Enfin la technologie Biogreen de valorisation énergétique des déchets plastiques que nous proposons est parfaitement adaptée aux communautés insulaires et offre une solution locale au défi de la gestion des déchets plastiques tout en fournissant une ressource précieuse de production d’énergie qui s’intègre parfaitement dans des objectifs de mix énergétique renouvelable et durable... »Sébastien Fellmann, société SODEMO 
« Port Moselle accueille un bateau exceptionnel non seulement par son gabarit mais également par le message porté. Race for Water sera à quai à Port Moselle jusqu’au 26 mars. Le partenariat a rapidement trouvé écho au sein de l’équipe du port avec les valeurs véhiculées par la fondation Race For Water. La gestion et la valorisation des déchets plastiques s’inscrivent pleinement dans les actions environnementales que la SODEMO porte. En espérant que cet accueil à Port Moselle permette à cette fondation de véhiculer, notamment pour les générations futures, un message porteur de sens en Nouvelle-Calédonie. »
 
 
PROGRAMME :Rappel
Le 31 janvier : arrivée à Lifou, rencontres avec les autorités locales
Le 1er février : visites de scolaire à Lifou
Du 3 au 5 février : escale à Nouméa (préparation mission scientifique)
Du 6 au 15 février : escale dans la baie de Prony (mission scientifique)A venir en Février :
mercredi 20 février 18h00 – Conférence au Cercle Nautique Calédonien
jeudi 21 février - Atelier « Du déchet plastique à l’énergie »
vendredi 22 février - Atelier "Les nouvelles technologies de production et de stockage d'énergie. Quel impact dans l'évolution du mix énergétique des îles ?"
A 18h15 – Intervention à l’Aquarium des Lagons – ouvert au public
Lundi 25, mardi 26 et jeudi 27 février – Visite de scolaires
Mardi 26 février à 18h00 – Conférence C’Nature avec La Province Sud et l’IRD à l’amphithéâtre de la Province Sud _ouvert au publicA venir en Mars :
du vendredi 1erau mercredi 20 mars : escale technique
jeudi 21 mars : dîner de gala de clôture
samedi 23 et dimanche 24 mars : Visite du grand public orchestré par notre partenaire principal sur l’escale EEC Engie, visite via une inscription sur e.ticket.nc
(dans la limite des places disponibles)
 
 
Contacts pour les médias :
> En métropole : Caroline MULLER et Sabina MOLLART-ROGERSON
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - WhatsApp Caroline : +33 6 83 00 83 83> Sur place à Nouméa : David SLABOLEPSZY - Portable : 85 53 90A votre disposition en téléchargement, nos différents outils :
-  le dossier de presse général
-  le kit pédagogique
-  la cartographie de la Race for Water Odyssée
 
Merci à l’ensemble de nos partenaires locaux pour leur soutien.
 
A propos de la Fondation :
En 2010, l’entrepreneur suisse Marco Simeoni crée la Fondation Race for Water, basée à Lausanne. Il s’y dévoue entièrement afin de mettre sa fibre entrepreneuriale au service des océans. Passionné par la mer, il décide en 2015 de lancer une première expédition scientifique et environnementale, la Race for Water Odyssée, pour dresser un premier bilan global de la pollution plastique de nos océans. Le constat est clair, les « îles de plastique » n’existent pas, aller collecter les déchets plastiques en mer s’avère être une utopie. Au cœur des océans s’étend une « soupe » de microplastiques qui vogue au gré des gyres océaniques. « Nous avons très rapidement pris conscience que la solution est à terre. Il faut absolument empêcher les déchets plastiques d’atteindre les océans », explique Marco Simeoni. Le 9 avril 2017, Race for Water est reparti autour du monde pour une nouvelle Odyssée de cinq ans afin de proposer des solutions pour préserver les océans de la pollution plastique, véritable désastre environnemental planétaire.
RACE FOR WATER FOUNDATION
Avenue de Provence 4
1007 Lausanne - Suisse
raceforwater.org
                
 
 
 
 
 
Copyright : 2018_Race for Water, all rights reserved
Vous pouvez mettre à jour vos coordonnées or vous désinscrire de cette liste

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut