Annick Girardin annonce des mesures économiques et sociales pour l'Île de la Réunion

Notre ultracombattante ministre des Outre-mer fait face à la population réunionnaise, comme elle l'a fait à Mayotte et en Guyane.

Nous allons développer l’offre d’accueil du jeune enfant : la CAF va s’engager dans la création de 1500 nouvelles places de crèches, dans les territoires fragiles et à l’intérieur de l’île. Cela  vient en complément du tiers payant pour payer les assistantes maternelles ;

‐ Nous allons créer 15 nouveaux centres sociaux de proximité sur l’ensemble du territoire réunionnais qui comprendront des possibilités de garde comme des crèches
‐ Nous allons créer 5 « points conseil budget » pour accompagner les familles dans la gestion de leur budget, les informer sur leurs droits et faciliter les démarches ;

‐ Pour l’accès à l’alimentation à bas prix, nous allons déployer un programme pour permettre de baisser le prix des produits alimentaires pour tous les touts petits, comme le lait maternisé ;

‐ Enfin, dans les écoles, dès 2019, il y aura des petits déjeuners offerts là où les enfants viennent le ventre vide le matin.

La seconde priorité, ce sont les jeunes

La Réunion compte 63 000 jeunes ni en étude, ni en emploi, ni en formation. Nous allons multiplier les offres d’accompagnement :
‐ Avec une obligation de formation qui contraindra les acteurs publics à proposer une offre de formation à tout jeune jusque 18 ans ;
‐ Avec des moyens supplémentaires pour les missions locales, à la fois pour aller chercher les jeunes dans les quartiers, les accompagner vers l’emploi, améliorer la prise en compte des besoins de mobilité et de logement, et financer des actions pour les jeunes sans perspective.
‐ Avec une augmentation de l’accompagnement des écoles de la deuxième chance et avec la création d’une nouvelle école dans le Nord

La 3e priorité c’est d’investir massivement dans  l’accompagnement vers l’emploi

Nous voulons sortir des politiques sociales par les prestations pour investir massivement sur l’accompagnement vers l’emploi. Muriel Pénicaud a annoncé il y a quelques jours que le plan d’investissement dans les compétences serait doté de 253 M€ à La Réunion, pour  développer l’offre de formation avec la Région. Au total, cela porte à
350 M€ l’engagement supplémentaire de l’Etat.

Pour les allocataires du RSA, nous voulons sortir des parcours cloisonnés entre accompagnement social et accompagnement professionnel. C’est ce qui nous a été demandé aujourd’hui. Cela fait des décennies que cela ne marche pas. C’est pourquoi nous allons déployer sur tout le territoire un accompagnement global entre Pôle emploi et le Département dès 2019, revoir les procédures d’instruction et d’orientation des allocataires et renforcer le contrôles des engagements réciproques.

Cet accompagnement renforcé sera concrétisé par l’augmentation des moyens de l’insertion par l’activité économique qui permettra d’accompagner 1500 personnes de plus chaque année.

Nous allons aussi soutenir davantage les associations qui accompagnent les plus fragiles, notamment ceux qui ont des besoins sanitaires, ainsi que les chômeurs de longue durée.

Enfin, nous allons proposer des moyens supplémentaires aux collectivités, et en premier lieu au Département, assortis d’exigences de suivi et de résultat, pour favoriser l’accès aux droits, le soutien aux jeunes issus de la protection de l’enfance, les politiques d’insertion.

Les moyens dédiés seront plus que doublés en 2019. Au total, ce sont plus de 30 M€ qui seront investis aux côtés des collectivités pour soutenir les associations, accompagner les familles, porter notre priorité à la dignité par le travail ».

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut