Réunion Pêche Australe et les 80 petits pêcheurs associés préparent la prochaine marée

Confortés par les jugements du Tribunal administratif et la décision de la Préfecture des TAAF qui leur a attribué un nouveau quota,

Réunion Pêche Australe et les 80 petits pêcheurs associés préparent la prochaine marée

CORITHIAN BAY 

Saint-Pierre de la Réunion, le 06 octobre 2017 – Réunion Pêche Australe (RPA), l’un des 5 armements français autorisés à la pêche à la légine ainsi que les 80 petits pêcheurs de la SAPPMA (Société des Artisans Pêcheurs Professionnels des Mers Australes) associés au capital de la société, se disent satisfaits des décisions du Tribunal administratif, rejetant jeudi dernier les requêtes des armements historiques contre l’arrivée de RPA dans la pêche à la légine. Ils se félicitent en outre de l’arrêté pris par la préfecture des TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises), publié dès le lendemain, accordant à RPA un nouveau quota de 100 tonnes pour la campagne de pêche 2017/2018. La société peut désormais se concentrer pleinement sur la préparation de la prochaine marée. L’affrètement du Corinthian Bay a été confirmé et le navire partira en mer vers la mi-décembre, le temps de finaliser le passage sous pavillon français du navire et d’obtenir sa nouvelle licence de pêche.

L’attribution de ce quota à RPA par la préfecture des TAAF est conforme aux règles de gestion de cette pêcherie, comme l’ont rappelé les différents jugements du Tribunal administratif de Saint-Denis du 28 septembre 2017.

La licence de pêche correspondant à ce quota sera attribuée à RPA lorsque celle-ci aura finalisé la francisation du navire qu’elle loue pour cette campagne de pêche, respectant là encore à la lettre les jugements du tribunal administratif de Saint-Denis.

Me Yves Claisse, avocat à la cour représentant RPA dans le cadre de ce procès, tient à préciser :

  • « L'annulation par le Tribunal de la licence de pêche délivrée l'année dernière à RPA n'est motivée que par une seule considération, à savoir que l’an dernier cette licence lui avait été attribuée avant le 12 décembre, date de fourniture de la fiche matricule du navire par les services des douanes, et non pas après, comme le prévoit le règlement en vigueur. La même décision aurait pu être prise entre le 12 décembre et le départ du bateau le 21 décembre, sans difficulté juridique ni pratique aucune.
  • Pour la marée 2017/2018, RPA peut donc légitimement et en toute légalité obtenir une licence de pêche en l’obtenant après (et non pas avant) la francisation du navire. »

La constitution de l’équipage et le processus du passage du navire sous pavillon français sont en cours. Toutes les formalités seront terminées et le navire prêt à partir pour la prochaine marée vers le 20 décembre 2017.

C’est donc bien sous pavillon Français, comme l’an dernier, que Réunion Pêche Australe pêchera son quota de 100 tonnes de légine.

« Nous sommes satisfaits de la décision du tribunal et nous remercions la préfecture des TAAF de nous avoir accordé de nouveau un quota de 100 tonne, ce qui confirme notre place dans cette pêcherie. Nous y voyons une réelle reconnaissance de l’intérêt de notre projet pour la filière pêche et l’économie réunionnaise en général », déclare Sébastien Camus, Président de Réunion Pêche Australe. « Suite à la confirmation de notre quota vendredi dernier, nous pouvons dès lors nous mettre au travail et nous concentrer sur la préparation de la prochaine marée. »

RPA regrette en revanche la décision des armements membres du SARPC, annoncée cette semaine, de revenir sur leur engagement à contribuer au financement du CRPMEM à hauteur de 350.000€ par an, mais aussi de démissionner de l’ARIPA (Association réunionnaise interprofessionnelle de la pêche et de l’aquaculture)

Par ces deux décisions, les armements membres du SARPC se sont donc totalement désengagés des actions collectives en faveur de la pêche réunionnaise, qu’il s’agisse de l’organisation professionnelle qui la représente (le CRPMEM), ou de la filière organisée de la pêche et de l’aquaculture de La Réunion (l’ARIPA).

Il semble donc qu’il y ait bien de leur part, comme le rappelle le titre de leur récent communiqué, une volonté de « punir sévèrement la pêche réunionnaise ».

De son côté, RPA cotise déjà (volontairement, sans limitation dans le temps et sans condition) à hauteur de 30 cts par kilo de légine pêché, alors qu'il ne dispose que de 100 tonnes, soit 2% du TAC (Total admissible de capture).

Il est donc pour le moins incompréhensible que les membres du SARPC fassent part de leur impossibilité de cotiser à hauteur de 6 cts par kilo pêché (soit 5 fois moins que RPA), alors qu'il exploite toujours 98 % du TAC et qu’en 10 ans, le chiffre d'affaire de la pêche à la légine est passé de 50 millions d'euros à 120 millions d'euros.

Une mission interministérielle d’évaluation des règles d’entrée dans la pêcherie et d’attribution des quotas de légine va être lancée prochainement par le ministère des Outre-mer et celui de l’Agriculture et de l’Alimentation, en charge de la pêche. Elle aura notamment pour objectif de proposer des pistes d’évolution pour concilier la stabilité des investissements de cette pêcherie, l’exigence de concurrence tout comme de compétitivité et l’amélioration des retombées pour l’emploi et l’ensemble de la pêche sur l’île de La Réunion.

Réunion Pêche Australe est prête à s’impliquer pleinement dans cette mission et sera force de proposition pour maximiser les bénéfices économiques de la pêche à légine pour la Réunion.

A propos de Réunion Pêche Australe

Réunion Pêche Australe (RPA) est une société fondée en 2016, dont le siège social est basé à Saint-Pierre de la Réunion. La société est détenue à 51% par l’armement ENEZ Pêche (groupe REUNIMER), 30% par l’armement ATLANTIS (groupe Minatchy) et 19% par la Société des Artisans Pêcheurs Professionnels des Mers Australes (SAPPMA). RPA est spécialisée dans la pêche à la légine, un poisson à très forte valeur marchande, jusqu’ici commercialisé essentiellement sur les marchés très rémunérateurs que sont la Chine, les Etats-Unis et le Japon. La volonté de RPA est de permettre au territoire réunionnais de se réapproprier les bénéfices générés par la légine, et de revaloriser la filière pêche locale. Création d’emplois, formation d’une main d’œuvre réunionnaise qualifiée, transformation de produits à forte valeur ajoutée pour le marché local, ce sont autant d’objectifs que s’est fixés la société.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut