Décision d’association Outre-Mer : Le Parlement européen met à jour la relation PTOM-UE

Réunit aujourd’hui en plénière à Bruxelles, le Parlement Européen a adopté sa position sur la future décision d’association outre-mer (DAO) 2021-2027, vouée à repenser le cadre de la relation privilégiée que les Pays et Territoires d’Outre-mer (PTOM) entretiennent avec notre Union ».

Pour rappel, les PTOM regroupent actuellement 25 territoires issus de 4 États membres de l’UE : Le Danemark, la Grande-Bretagne, la France et les Pays-Bas. Ce texte, qui rentrera en vigueur en 2021, prend en compte la sortie du Royaume-Uni de l’UE et ramène ce groupe à 13 membres, dont presque la moitié sont rattachés à la France : la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon, les TAAF et Wallis et Futuna.

Cette nouvelle DAO « rafraichit littéralement la relation PTOM-UE, en renforçant leur dialogue politique, tout en accroissant la transparence et le contrôle démocratique de la répartition des fonds européens dans ces territoires » a déclaré Louis-Joseph Manscour.

L’eurodéputé socialiste martiniquais s’est ensuite félicité du caractère inclusif et contemporain de la nouvelle décision : « C’est une décision qui s’inscrit dans l’ère du temps en ce qu’elle a pour objectif de lutter contre le « crime fiscal », les discriminations et d’avancer vers l’égalité femme-homme. J’ai pu introduire moi-même quelques amendements afin d’inclure la hausse des standards sociaux en tant qu’objectif de la nouvelle décision, de faciliter la participation des jeunes des PTOM au programme Erasmus+, ainsi que de mieux considérer les vulnérabilités climatiques de ces territoires ».

L’eurodéputé ultramarin de l’Alliance des socialistes et démocrates a enfin exprimé sa satisfaction quant à la création d’un instrument financier spécifique pour les PTOM, mais aussi car ces territoires bénéficieront d’un accès facilité à d’autres fonds horizontaux communautaires. « La future DAO offre des perspectives supplémentaires aux citoyens européens des PTOM en s’adaptant plus justement aux spécificités économiques, environnementales, démographiques et sociales de ces territoires. Je suis heureux que le Parlement se soit clairement prononcé pour simplifier l’accès des PTOM aux fonds horizontaux tout en leur garantissant un instrument spécifique correspondant à leurs particularités. J’invite dorénavant le Conseil à suivre les propositions du Parlement », conclut Louis-Joseph Manscour.

LOUIS-JOSEPH MANSCOUR

Délégation socialiste française au Parlement européen

Communiqué de presse du 31 janvier 2019

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut