Les archives d’Édouard Glissant entrent à la BnF

Les archives d’Édouard Glissant classées Trésor national entrent à la BnF

Édouard Glissant, Tout-Monde, collection privée Édouard Glissant, Malemort, collection privée

glissant archivesglissantfoley2pf21Les archives d’Edouard Glissant, classées Trésor national en décembre 2014, rejoignent les collections de la BnF grâce au soutien de plusieurs mécènes et du Fonds du patrimoine. La BnF conserve désormais un fonds unique pour la connaissance d’Edouard Glissant. A travers ce grand poète et penseur antillais, gardien de la mémoire de l’esclavage et théoricien de la créolisation, c’est le patrimoine vivant de l’Outre-mer qui est mis à l’honneur. Le fonds d’archives retrace majoritairement, de manière très diversifiée et complète, la vie d’Édouard Glissant des années 1970 à sa mort en 2011. Il contient la plupart de ses manuscrits, associés à de nombreux documents de travail, une riche correspondance et un grand nombre de textes inédits. On y trouve entre autres, les différents états de ses deux essais les plus célèbres : Le Discours antillais (1981) et Le Traité du Tout-Monde (1997). Les archives contiennent aussi quelques documents exceptionnels de sa période dite de « jeunesse» (fin des années 1940-1960) telles les Notes pour un traité de la décolonisation, écrites autour de 1959, inconnues jusqu’à présent, ou les Actes du Congrès constitutif du Front antillo-guyanais, devenus quasiment introuvables après la dissolution du Front ordonnée par décret du Président de la République française en 1961. Les manuscrits se présentent sous la forme de cahiers de brouillon reliés, illustrés de schémas ou de dessins, soulignant le rapport d’Édouard Glissant à l’objet livre et son attachement à ce support premier de l’écriture qu’est le cahier de brouillon. La correspondance privée d’Édouard Glissant, avec entre autres Yves Bonnefoy, Patrick Chamoiseau, Aimé Césaire, J.M.G. Le Clézio, Michel Leiris ou Michel Butor, illustre également le rayonnement personnel et intime de l’écrivain. La politique d’acquisition de la BnF Une sélection du fonds avait été présentée le 21 septembre 2015 à la Chancellerie en présence de l’ancienne Garde des sceaux et Ministre de la Justice Christiane Taubira, de l’ex Ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin et de George Pau-Langevin, Ministre des Outre-Mer. L’acquisition donnera lieu à une coopération scientifique et culturelle étroite avec le Conseil régional et les institutions des Antilles. A côté de manuscrits anciens, tels ceux de Casanova ou le bréviaire de Saint-Louis de Poissy, la BnF s’emploie à enrichir ses collections de fonds issus des grands auteurs du XXe siècle. Elle a ainsi pu acquérir les archives de Claude Lévi-Strauss en 2007, de Roland Barthes et Guy Debord en 2011, de Michel Foucault et d’Antonio Tabucchi en 2013.

 

logos bnf ministeres

logo letoutmonde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut