« Plan de relance post COVID-19 » Un accompagnement pour les communes et les acteurs du territoire Le Parc national met en place des mesures d’urgence fortes visant à pallier les difficultés d’ordre social et économique de ses partenaires.

 Un plan de relance pour qui et pourquoi ? La gestion de la Covid-19 par confinement a engendré des difficultés et des complexités d’ordre social et économique sans précédent. Aussi, dans ce contexte et pour participer à en atténuer les effets, l’établissement public Parc national de la Guadeloupe est intervenu auprès de ses principaux partenaires qui sont les communes, les organisations paysannes, les bénéficiaires de la marque Esprit parc national et les entreprises partenaires dans la découverte du milieu marin

2.Trois types de partenariat privilégiés : Trois niveaux d’intervention sont ainsi déployés sur les communes de l’aire d’adhésion. A ce jour, 4 communes ont déjà sollicité l’aide du Parc national de la Guadeloupe, qui a mobilisé une somme de 40000€ afin de les accompagner selon trois axes définis. 2.1 Mise à disposition d’un panier de produits et prestations marqués « Esprit parc national» : Les populations les plus vulnérables ont particulièrement souffert de cette crise en subissant une diminution significative de leurs sources de revenus. L’offre de paniers « Esprit parc national », composés de fruits et de légumes, de produits agrotransformés mais également, les séjours en gîtes et les activités de pleine nature permettront à ce public de se ressourcer mais également de découvrir de nouvelles pratiques. Ainsi, les CCAS des communes de Gourbeyre, des Abymes, de Port Louis ont sollicité à ces fins le fonds d’urgence du Parc national de la Guadeloupe. Un dispositif d’aide aux devoirs est également possible pour les élèves en décrochage scolaire, phénomène amplifié par la longue période de déscolarisation des enfants. Dans ce cadre, afin de rétablir une justice sociale, la commune d’Anse Bertrand a fait le choix d’accompagner les enfants en difficulté scolarisés dans la commune à travers un projet pédagogique permettant de valoriser l’observatoire de Ravine Sable. 2.2. Entretien des espaces publics : Le besoin de nature a été très fortement ressenti par nos concitoyens en cette période de confinement. Lors des grandes vacances qui ont suivi, les affluences sur les plages et milieux naturels forestiers ont été très supérieures à celles observées les années précédentes. Ainsi, afin d’améliorer les conditions de Contact presse : Maïtena JEAN Tél : +590 5 90 41 55 55 Fax : +590 5 90 41 55 56 maitena.jean @ guadeloupe- parcnational.fr Parc national de la Guadeloupe Montéran - 97120 Saint-Claude Communiqué de presse Lundi 21 septembre 2020 vie des habitants, quatre communes ont à ce jour bénéficié d’un fonds permettant l’entretien d’espaces publics à caractère naturel ou non. Cette aide financière exceptionnelle permet également la création de projets pédagogiques en lien avec la nature. Ces projets, qui sont adaptés aux besoins du territoire, seront définis en étroite collaboration avec les communes avec l’accompagnement des techniciens de développement durable du Parc national. 2.3. Participation à l’écologisation des pratiques d’entretien des espaces verts dans les communes : L’entretien des espaces verts d’une commune constitue un moyen efficace d’entretenir la biodiversité ordinaire, en adaptant l’entretien aux usages et en favorisant la diversité des espèces, tout en limitant l’usage de produits phytosanitaires. Le Parc national de la Guadeloupe s’engage ainsi dans un dispositif de formation des agents communaux en lien avec le CNFPT 3. Un accompagnement du secteur agricole Les interventions auprès du secteur agricole se situent dans le cadre de la petite agriculture familiale et paysanne. Ainsi, 3 organisations avec lesquelles le Parc national de la Guadeloupe développe des actions conjointes depuis plusieurs années ont d'ores et déjà signé une convention pour un accompagnement financier du PNG (forfait de 7000 euros par organisation) pour des investissements en faveur de la conservation et/ou de la transformation des récoltes (chambres froides pour stocker en attendant de transformer les invendus, matériel de séchage ou déshydratation pour faire des fruits secs ainsi que des farines notamment). Cela a pour effet d'une part d'augmenter la valeur ajoutée aux récoltes de base tout en augmentant le taux de valorisation de la récolte. L’objectif final étant de maintenir un revenu au paysan tout en diminuant sa pression sur le milieu. De l'aveu d'une représentante d'organisation, le coup de pouce du PNG est bienvenu dans ces temps difficiles pour relancer les investissements et reconstituer, la trésorerie des micro-entreprises . 4. Les entreprises partenaires : 4.1. L’accompagnement des marqués Esprit parc national : Le Parc national de la Guadeloupe accompagne depuis 2016 un certain nombre d’entreprises à travers le dispositif de la marque Esprit parc national. Outre l'achat de prestations à destination des CCAS ou du programme d’animation du Parc national, 21 marqués ont bénéficié d’un accompagnement financier à hauteur de 1000 euros par bénéficiaire de la marque pour la mise à jour ou l'optimisation de leurs outils numériques de promotion et de vente en ligne. Cet accompagnement leur permettra d’améliorer ou développer des outils de communications afin d’être plus attractifs pour le tourisme local notamment. 4.2. L’accompagnement des entreprises spécialisées dans la découverte du milieu marin : Les entreprises tournées vers la découverte du milieu marin ont été très fortement impactées par les normes mises en place pour éviter la propagation du virus. En effet, le partage de matériel spécialisé inhérent à ce type d’activités a engendré un surcoût lors des opérations de désinfection et par ailleurs une réduction du nombre des rotations. Ceci, cumulé à la diminution de la fréquentation par les touristes, a fortement impacté leur chiffre d’affaires. Ces entreprises, organisées au sein du Cluster Maritime et du COREGUA pourront présenter des projets collectifs permettant de les accompagner à la reprise des activités. La conception et la définition de ces projets seront assurées par le responsable de l’appui aux acteurs du territoire du pôle marin dans la limite de 50.000,00 euros. Par ces quatre dispositifs, le Parc national entend être un acteur de la reprise économique de notre territoire. Aussi, d’autres partenariats avec les communes de l’aire d’adhésion (14 au total) sont attendues dans les mois à venir.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut