3 plasticiens guadeloupéens exposent à Venise.

Des nouvelles de Venise où trois plasticiens guadeloupéens présentent des oeuvres inédites du 11 mai au 24 novembre dans le cadre de l'exposition "Personal Structures - Identities" qui a lieu au Palazzo Mora et au Giardini de la Marinessa.

Ci-joint un communiqué autour des discours d'Olivier Tharsis , directeur de l'agence Krystel Ann Art et de Georges Brédent , Président de la commission culture de la Région Guadeloupe prononcés lors du premier vernissage qui avait lieu hier soir .

« PERSONAL STRUCTURES –
IDENTITIES »
L’art contemporain guadeloupéen à Venise
Le Pavillon des îles de Guadeloupe a été
inauguré jeudi 9 mai au Palazzo Roma
dans le cadre de la 58e Biennale de Venise.
A voir jusqu’au 24 novembre 2019, une
exposition inédite de trois plasticiens
guadeloupéens : Joël Nankin, Jean-Marc
Hunt et François Piquet. Des oeuvres sont
également installées au Giardini Marinaressa …
Lors du vernissage, Olivier Tharsis,
directeur de l’agence Krystel Ann Art,
producteur de l’exposition
guadeloupéenne et Georges Brédent ,
Président de la commission culture de 
la Région Guadeloupe ont pris la parole
pour témoigner des enjeux de la
présence de la Guadeloupe dans un
événement de renommée mondiale
La Guadeloupe sur la scène
internationale de l’art contemporain »
Olivier Tharsis : « Nous sommes
heureux de vous accueillir au sein du
Palazzo Mora pour l’inauguration
historique du Pavillon des îles de
Guadeloupe à la Biennale de Venise.
Nous souhaitons avant tout remercier
la Fondation European Cultural Center
de nous avoir accueilli (…) nous
remercions aussi la Commissaire
Marcy Gaymu qui a apporté son
expérience à ce projet, notre équipe
Krystel Ann Art qui a travaillé sans
relâche depuis des mois. Le challenge
était grand  et nous l’avons relevé. (…)
C’est le travail de trois artistes
guadeloupéens qui est aujourd’hui
reconnu à Venise. Avoir un Pavillon
des îles de Guadeloupe dans l’une des
plus anciennes biennales du monde est
une reconnaissance pour notre pays. Il
va s’en dire que le soutien
d’institutions est un pré-requis
important afin de pérenniser un tel
événement qui assure une visibilité
indispensable à nos artistes sur la
scène internationale de l’art
contemporain.
« Que l’art guadeloupéen puisse parler au
monde »
Georges Brédent : « (…) l’affaire est
d’importance car la Guadeloupe en tant
que pays insulaire , éloignée d’un
certain nombres de continents donc
isolée, notamment de l’Afrique , de
l’Europe et de l’Asie , pas suffisamment
insérée dans son continent d’origine
l’Amérique a besoin de ce genre
d’événements pour échanger avec le
monde (…) Nous l’avions déjà dit après
la manifestation « Eclats d’îles » , une
manifestation initiée par le Conseil
régional de Guadeloupe et qui s’est
déclinée en trois volets ; que l’art
guadeloupéen s’exporte , que l’art
guadeloupéen se donne à voir, que l’art
guadeloupéen puisse parler au monde
et que nous nous devions simplement
être perçus comme une Terre qui
demande mais aussi comme une Terre
qui donne . Nous voulons effectivement
changer ce regard myope qui consiste à
faire de nous d’éternels quémandeurs.
Nous avons en Guadeloupe des artistes
qui créent de la magie à foison et nous
avons ici à Venise trois des plus
représentatifs. Mais à long terme, il
faudrait que d’autres artistes
guadeloupéens s’exposent sur les
grandes scènes internationales
(…)
Car ces artistes ont à dire des choses, ont à
montrer leur générosité dans leur
expression artistique. Ils ont
également à démontrer que l’art
recouvre les frontières (...) Nos artistes
ont à montrer qu’ils ne sont pas
simplement insérés dans leur terroir
mais qu’ils savent aussi rentrer en
dialogue avec le monde, et que leur
particularisme est riche de toutes les
diversités et surtout que leur
particularisme ne rejette pas leur
universalisme. C’est tout cela que nous
sommes venus dire à Venise et en tant
que collectivité territoriale de
Guadeloupe, nous voulions dire
qu’accompagner des artistes à
l’international, c’est aussi ça notre
grande ambition, en parallèle de notre
engagement au quotidien qui consiste à
mettre en place des ateliers ou des
résidences (…) C’est donc un acte
majeur d’être présents à la Biennale de
Venise et même un acte fondateur ! »
 

piquet hunt nankin YOU AND MEBREDENT LABAYLE THARSIS

Photo 3 : Georges Brédent , Valérie Labayle ( Direction des affaires culturelles de Guadeloupe) et Olivier Tharsis

Photo 2 : sculpture en fer et bois " You and Me" par François Piquet

Photo 1 : Les trois plasticiens guadeloupéens François Piquet, Jean-Marc Hunt et Joël Nankin exposent des oeuvres inédites à Venise jusqu'au 24 novembre.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut