Eufenio Takala souverain de Sigave (Futuna)

A Wallis et Futuna, après plusieurs semaines de tension, l'intronisation du nouveau souverain coutumier de Sigave s'est déroulée sans incident le 5 mars à Leava, chef lieu de Futuna. Eufenio Takala a pris le titre de Keletaona après sept ans de vacance du trône.

 
Après sept ans de vacance du trône et plusieurs semaines de tension, Sigave, l'un des deux royaumes de Futuna, a un nouveau souverain depuis le 5 mars.
Eufenio Takala a été intronisé "Keletaona" lors d'une cérémonie sans incident au fale fono de Leava, le village dont il est originaire.visu roi sigave 2takala eufenio
 
 
 
 
 
 
 copyright Outre-mer1ère
 
 
© WF1ÈRE Eufenio Takala, roi de Sigave à Futuna
Pour la première fois depuis douze ans, une cérémonie du Kava plutôt consensuelle apermis d'introniser un nouveau monarque de Sigave. Le dernier roi reconnu par tous, Visesio Moeliku, avait été intronisé en 2004 et avait régné jusqu'en 2009, année de sa démission.


La fin d'années d'atermoiements


C'est en s'asseyant sur le takapau, une natte en feuilles de cocotier, à l'appel de son nom par le maître de cérémonie, que Eufenio Takala est devenu souverain de son royaume. Ce moment a suscité une grande émotion dans le public, certains essuyant quelques larmes, tant cette intronisation avait été attendue dans l'incertitude et après bien des atermoiements.

La cérémonie est intervenue en effet après plusieurs semaines de conflit au sein de la chéfferie coutumière. Le 13 fevrier, le premier ministre Kaifaka'ulu avait "intronisé" Eneliko Keletaona, le cousin d'Eufenio, à la grande fureur des autres ministres qui l'avaient immédiatement démis de ses fonctions.
Des échauffourées avaient eu lieu lors des messes du dimanche.

Au vu de ces tiraillements, les coutumiers avaient dû se résoudre à demander l'annulation de la visite de François Hollande à Sigave. Le premier déplacement d'un Président de la République à Futuna s'était donc limité à des festivités au royaume voisin d'Alo.


Kava et gendarmes


Jusqu'au dernier moment les partisans d'Eneliko ont tenté d'empêcher l'intronisation mais sans succés, un consensus autour d'Eufenio s'étant établi tant au sein de la famille royale Keletaona, l'un des clans qui désignent en leur sein les souverains de Sigave, que de la chéfferie qui avalise le choix famillial.
Le préfet avait cependant envoyé des renforts de gendarmerie.

Père de sept enfants, agé de 72 ans, Eufenio Takala a la particularité d'appartenir aux Keletaona par son grand-père maternel et donc par sa mère, Falakika, elle-même fille d'Amole Keletaona. Cousin de l'ancien roi Pasilio Keletaona (1997-2003) cet ancien secrétaire de la chéfferie de Sigave est donc un roi de lignage feminin alors que jusqu'à présent les souverains se succédaient par lignée masculine. Cette "nouveauté" a engendré de nombreux débats et retardé le courronement.

En raison de ces affrontements, la cérémonie du Kava a été menée de manière à donner la plus grande légitimité possible au nouveau roi.
Etaient présents tous les ministres coutumiers à l'exception du Kaifaka'ulu, le député du territoire Napole Polutele et le délégué du préfet à Futuna, François Legros, qui doit entériner cette intronisation au nom de l'administration française. Un ancien roi contesté, Polikalepo Kolivai, a été invité à la cérémonie.


Une messe enfin sans incident


Au lendemain de la cérémonie du Kava, lors de la messe du dimanche à l'église de Sau Sau, Eufenio Takala a pris la place qui lui était réservée, consacrant ainsi son titre de souverain.  Aucun incident n'a marqué l'office alors que depuis le dernier trimestre 2015, des affrontements se produisaient régulièrement aux abords de l'édifice religieux.
Le curé de la paroisse, Lafaele Lie a apporté son onction au nouveau roi en appelant "à l'unité, à la paix et au respect". De son côté Eufenio Takala a fait un geste de réconciliation en serrant la main de deux chefs coutumiers, le Tuisavaka et le Sakafu, proches d'Eneliko Keletaona.

Un calme précaire est revenu à Sigave mais une normalisation semble en marche.


Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut